L'affaire Sougraine

L'affaire Sougraine

About this book

Extrait: ...d'as. la plus belle affaire de ta vie. --Comment se fait-il que tu ne la gardes pas pour toi, cette affaire, si elle est si bonne? --J'y ai de grands interets. --Vraiment? Alors, parle. --Assieds-toi, la; ecoute bien: j'ai envie de me remarier. --C'est une idee. --Tres drole, je l'avoue. --Je croyais que tu avais fait voeu d'eternel veuvage. --Oui, mais c'est la vertu personnifiee que j'adore en secret. --A la bonne heure! Et c'est en secret que tu l'aimes? --Oui, tu es le premier a qui je le dis. --Sait-elle au moins, cette vertu, que tu existes et que tu peux devenir son protecteur legal? --Elle ne le sait pas, mais tu vas te charger de le lui apprendre. --Moi? est-ce que je la connais? --Oh! parfaitement, c'est mademoiselle Leontine, ta fille. Quand je dis: ta fille. D'Aucheron fit un bond. --Tu plaisantes, dit-il. tu sais bien qu'elle est promise a Le Pecheur, et que le mariage doit avoir lieu prochainement. --Un mariage, c'est facile a rompre cela, surtout quand il n'est pas fait. Voyons, songes-y, la chose en vaut la peine. Je mets, dans la corbeille de noces, la maison que tu viens d'acheter avec mon argent et d'autres bagatelles encore. D'Aucheron etait ahuri. Les dollars se livraient devant ses yeux a une danse macabre des plus etourdissantes. C'etait un tourbillon de pieces blanches qui sonnaient un carillon d'enfer en se heurtant dans leurs elans insenses. Une objection jeta du froid dans son imagination. --Les dons que tu feras a ma fille, dit-il, te reviendront avec elle. Le risque n'est pas fort de ton cote. --Tu n'auras toujours pas a les payer, toi, et c'est bien quelque chose, ce me semble. --C'est a dire que je serai gros Jean comme ci-devant. --Tu seras toujours mieux que maintenant, puisque d'un signe je puis decreter ta ruine. D'Aucheron courba la tete. --Je suis tombe dans un piege, pensa-t-il, cet ami-la est mon plus redoutable ennemi. Il dit tout haut et d'un ton indecis: --Je songerai a...

Comments